Pourquoi être vegan, c’est facile ?

Bonjour tout le monde ! Alors voici un titre qui va sans doute titiller quelques personnes. Pourquoi, je pense (!), qu’être vegan c’est facile au quotidien ? Et pourquoi je ne pense pas que ce soit « quelque chose de difficile » « de contraignant » et qui nous « exclut socialement » mais au contraire quelque chose qui nous pousse à donner le meilleur de nous et à nous rapprocher des autres.

C’est facile, car ça se passe dans la tête

p4gz301tayopen_minded_neon_signOui. Devenir vegan c’est surtout dans la tête que ça se passe. Beaucoup de personnes se trouvent mille et une raison de ne pas devenir vegan (manque de temps, d’organisation, de produits vegan à côté de chez eux, de connaissances…) alors que l’adage « quand on veut on peut » est sans doute l’un des plus vrai. Si demain vous vous mettez en tête de peindre un tableau pour kiffer, même si vous ne connaissiez rien à la peinture, que vous avez zéro matériel, je vous assure que si vous le voulez vraiment, vous allez tout mettre en œuvre pour y arriver. Vous allez emprunter des pinceaux à votre cousin, acheter une toile, trouver de la peinture pas chère à côté de chez vous, installer votre matos dans une pièce prévue à cet effet, lire deux trois trucs sur internet et vous lancer avec toute l’excitation qu’apporte un nouveau projet.

L’envie amène à la motivation qui sont 2 éléments clés pour devenir vegan. Lorsqu’on apporte un changement dans sa vie, il y a forcément quelques efforts à faire au début, sinon on ne parle plus de changement.

Action, fait de changer, de modifier quelque chose, passage d’un état à un autre : Changement de propriétaire, de ministère.

Modification profonde, rupture de rythme ; tout ce qui rompt les habitudes, bouleverse l’ordre établi : Aimer le changement.

Donc oui, bouleverser ses habitudes est NORMAL au début. Vous apportez un changement dans votre vie, vous prenez de nouvelles habitudes. Et vous verrez que si vous aimer ce changement, il n’en sera que plus facile à accepter.

C’est facile, car vous ne le faîtes par pour vous

Plus je vieillis, plus je me rends compte (hélas) que nous vivons dans un monde autocentré. Faute peut-être aux réseaux sociaux, à la mode des selfies, à la fermeture d’esprit, à la culture mise en second plan, à la course au pognon, etc… La plupart des gens souhaitent réussir dans la vie et fonder une famille, être heureux, à l’abri du besoin, en bonne santé et dans une belle maison. Oui, ce sont des rêves chouettes, mais ils ne vont pas plus loin que SOI, LE COUPLE, LES ENFANTS et peut-être le boulot. La considération pour autrui, l’humanité, la nature et les animaux sont des considérations secondaires, presque félicitées quand quelqu’un agit pour leur protection. Alors que ces choses devraient tout simplement nous venir naturellement. Cela devrait être en chacun de nous et non pas une lutte/combat/hobby de seconde zone.

animals-653451_1920.jpg

Devenir vegan, c’est étendre son cercle de considération à plus que SOI et nos PROCHES. Et il n’y a rien de plus simple, de plus grand et de totalement gratuit que de vouloir protéger et aimer encore plus. Devenir antispéciste et vouloir se battre pour donner de véritables droits aux animaux, c’est comprendre que notre présence ici doit servir à quelque chose de concret et tendre vers le progrès. Agir que pour soi et son propre bonheur nous enferme, agir pour l’autre nous élève. De plus, agir pour l’autre nous pousse à agir mieux et plus vite, car l’humain est fondamentalement bon (en dehors de toute personnalité réellement dangereuse et malveillante) et fera un plus grand effort pour celui qu’il a décidé d’aider plutôt que pour lui.

img_9625.jpg
Moi devant le Salon de l’Agriculture 2018 / Photo : Lucie Hautelin

C’est facile, car c’est de plus en plus accessible

Restaurants, événements, marques de fringues, produits vegan, livres, émissions, etc… Le véganisme commence à bousculer les rayons de supermarchés et s’invite dans nos villes. Il est de plus en plus facile de sortir en devenant vegan et de faire ses courses, et surtout si vous vivez dans les grandes villes de France (et partout dans le monde).

Processed with VSCO with wwf preset

Pour ceux qui vivent en campagne ou dans de petites villes, sachez que je n’ai pas besoin de produits industriels vegan pour me nourrir. Déjà parce que c’est hyper chers (comme tous produits préparés) et que ça reste des produits transformés donc pas forcément hyper bon pour la santé. Pour bien manger, sainement, de façon gourmande et équilibrée, il vous suffit d’acheter des produits simples et de saison : patates douces, brocolis, tofu fumé, tofu aux herbes, champignons, haricots, riz, pâtes, céréales, yaourt de soja, oignons, ail, herbes aromatiques, lentilles, courgettes, aubergines, potimarron, choux, maïs, betterave, de quoi faire des gâteaux, des tartes, des pizzas, des burgers, des bouddha bols, de bons plats de pâtes, des lasagnes, de la soupe, du couscous, etc…

L’important c’est de se trouver 2-3 plats incontournables que l’on peut adapter et modifier selon les envies et les saisons. Prenez le temps de changer vos habitudes, de trouver ce que vous aimez, de trouver comment cuisiner, comment épicer, etc… Détachez-vous des produits remplis de cochonneries, tournez-vous vers le vrac, les produits frais, les légumes de saisons, les céréales… Vous verrez, c’est simple et vous ferez de sacrés économies !

Alors ? On saute le pas ?

À bientôt 🙂

 

Publicités

4 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. Sylvie Fumey dit :

    Bonjour, j’habite un petit village à proximité d’une petite ville et je n’ai aucun problème pour m’approvisionner. Je vais dans les magasins bio et, surprise, manger vegan est bon pour le porte-monnaie en plus d’être bon pour la santé, les animaux et l’humanité! J’ai bien dit « l’humanité » car on parle toujours du bien-être de la planète alors que c’est du nôtre qu’il s’agit! La Terre n’a pas besoin de l’être humain pour exister et s’il venait à disparaître elle ne s’en porterait que mieux. 😉

    Aimé par 1 personne

  2. La Nébuleuse dit :

    Vous pensez qu’on peut affirmer que l’humain est fondamentalement bon ? J’aurais du mal à affirmer quoi que ce soit là dessus… (ni le contraire d’ailleurs !). Qu’il ait des capacités à l’empathie, oui ça c’est sûr, mais « bon », je ne sais pas, c’est un peu large 😉 Je ne trouve pas non plus que le fait que ça se passe dans la tête rende les choses plus faciles… Je trouve même que l’aspect psychologique est la première barrière. Mais c’est vrai qu’à l’inverse, c’est aussi un levier. C’est finalement l’argument de l’envie qui me marque le plus : quand on sait qu’on agit pour une cause juste, cela paraît plus facile

    J'aime

    1. We Are Vege dit :

      L’humain est à la base une page blanche. A partir de là on peut considérer que dans son fondement il est bon.

      Si on le fait pour quelque chose de juste alors en effet ça se passe bien dans la tête et pas ailleurs. On se rejoint donc sur ce point ^^

      J'aime

      1. La Nébuleuse dit :

        Mais on pourrait répondre le contraire, que si c’est une page blanche, il est mauvais 😉 Mais j’ai bien compris que c’était un détail de l’argumentation hein

        J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s