« Pourquoi les végans ont tout faux » – Droit de réponse

le

L’origine du contentieux : http://www.liberation.fr/debats/2018/03/18/pourquoi-les-vegans-ont-tout-faux_1637109

Bon, bon, bon. J’aurais pu ne rien faire, j’aurais pu continuer à savourer mon latte au lait de soja à la vanille et observer le printemps poindre le bout de son nez à travers ma fenêtre, mais je crois que je vais avoir bien du mal aujourd’hui.

Pourquoi me demanderez-vous ? Et bien tout simplement à cause du torch… heu de la tribune parue dans Libération, hier, le 19 mars, qui donne la parole à Jocelyne Porcher et deux types dont j’ai plus les noms.

Alors Jocelyne Porcher on ne la présente plus, tout simplement parce qu’on en a pas envie en fait, et que dire son nom ça nous écorche suffisamment la tronche.

Alors j’essaye du mieux que je peux d’être détendue et sereine dans ce monde particulièrement violent, quitte à m’enfiler tisane sur tisane, camomille bio et quitte à regarder des vidéos de chatons qui font du yoga, mais faut se l’avouer que bordel, c’est pas facile tous les jours. C’est pas facile parce que y a des gens comme Jocelyne qui viennent te pourrir la journée et chambouler tes chakras et qui te font investir beaucoup trop d’argent dans des tubes d’Euphytose.

On aurait pu se contenter d’un article de bas étage qui prétend que les vegans sont des marginaux fan de quinoa et de salade verte et qui s’habillent en noir en écoutant Rammstein (ça compte si j’aime les 4 ?) mais là, cette fois-ci, ils ont frappé fort les bougres.

Retour sur cet article très rigolo.

« Pourquoi les végans ont tout faux ? »

Voici le titre de cette tribune. Bon alors déjà, ça commence bien. On sent l’article impartial à mort et dans une totale démarche bienveillante pour avancer ensemble vers un monde plus juste. On sent bien que là, on est dedans. Dans quoi ? Dans la grosse douille. Si tu sens un truc dans ton dos c’est normal, ça fait que commencer.

Introduction : « Ils prônent une rupture totale avec le monde animal, alors que manger de la viande a toujours fait partie de l’histoire humaine, un moment essentiel de partage. »

Première ligne, et je suis déjà épuisée. Je pense sortir pour Noël le Bingo Anti-Vegan, ça ferait un carton dans les dîners de famille. Et à en croire les zigotos, un moment de partage c’est exclusivement autour de bidoche, donc exit la bière (sans gluten et locale), les jeux, les châteaux de sable, le houmous, le taboulé et les programmes avec Patrick Sébastien. Et c’est bien dommage…

Est-ce que je rappelle que la viande n’a pas été la seule denrée broutée par nos amis les ancêtres (Google my friend) et que tu peux te fendre la poire sans gigot ? Non ? Bon.

« Ils sont peu nombreux, mais ils ont une audience impressionnante. »

*Ajouter la musique des Dents de la Mer*

« D’où le succès de la propagande végane, version politique et extrémiste de l’abolitionnisme de l’élevage et de la viande, que l’on mesure simplement : aujourd’hui, les opinions contraires, pourtant majoritaires, doivent se justifier par rapport à elle. »

Propagande vegan que vous vous cognez à chaque coin de rue, à chaque publicité à la télé/radio et qui est dans chacune des traditions religieuses encore célébrées en France.

Extrémisme qui… ah non celui là j’en ai marre. J’arrête de l’expliquer celui-ci.

Les mangeurs de viande se justifient ? Sérieux ? VICTOIRE ! Plus sérieusement, le jour, Jocelyne, où on arrivera à basculer cette justification dans l’autre camp, on aura gagné. Pour le moment Jo, c’est plutôt l’inverse qui se produit, et fait pas semblant de pas le voir.

Sur les animaux : « Ils (les animaux) sont partie prenante du monde humain autant que de leur propre monde. Et, grâce au travail que nous réalisons ensemble, ils ont acquis une seconde nature qui fait qu’ils nous comprennent, bien mieux sans doute que nous les comprenons. Ainsi est-il probable qu’ils ne demandent pas à être «libérés». »

En te mettant à la place des animaux, sans pouvoir les comprendre comme tu l’expliques si bien, tu pars du postulat qu’ils préféraient rester enfermés et exploités plutôt que de retourner à une vie libre et digne ? Mais Jocelyne, est-ce que le propre d’un être vivant (ou même d’un organisme) n’est pas plutôt la survie ? C’est juste de la science en fait. Du coup ça va être dur de tenir cet argument très longtemps. Un être vivant, quel qu’il soit, tend à la survie du corps. Point.

Sur l’environnement : « Retour à la case départ : l’agriculture sans élevage, c’est l’agriculture famineuse parce qu’elle épuise les sols. »

L’élevage, première cause de pollution des sols et de l’air avant les transports. Responsable de plus de 80% de la déforestation amazonnienne. Il faut 7 unités végétale pour produire 1 unité animale. Un burger est égal à 2 mois de douche. 1/3 des terres de cette planète est dédié à l’élevage ou ses pâturages. Nous nourrissons 70 milliards d’animaux terrestres chaque année pour notre propre consommation, 70 milliards. Et des chiffres comme ça, y en – a – à – la – pelle. Et Jo, ne fait pas semblant de pas les connaître. À force de nous taper sur la tronche depuis des années, ces chiffres, tu les connais.

Sur la santé : « Quelle est la responsabilité des légumes dans leur bonne santé ? Difficile à dire !»

Jocelyne, quand quelqu’un veut manger plus sain, il se tourne de manière tout à fait naturelle vers les fruits et les légumes. Pourquoi ? Parce que ça tombe sous le sens (oui, là pour le coup, oui). Même pas besoin d’un cours sur la nutrition, on a vite compris comment ça marchait. Pourquoi vouloir prétendre le contraire alors que tu sais pertinemment que ce que tu avances est faux. Je t’invite à lire le livre « Comment ne pas mourir ? » et revenir vers moi pour discuter des pouvoir d’une alimentation végétale sur le corps.

« Avec ce retour au naturel, l’écologie est sauvée. Et bien non. Car ayant expulsé les animaux domestiques, il n’y a plus rien pour maintenir les paysages ouverts, ceux des prairies, des zones humides, des montagnes et des bocages. »

Tu parles des animaux qui sont à 80% enfermés (en faisant une moyenne générale) et qui ne voient pas la lumière du jour (sauf au moment de prendre la route vers l’abattoir ?) ? Quel rôle peuvent-ils bien avoir dans la nature sachant qu’ils ne la côtoient pas ? Cet exposé devient irréaliste.

« Les théoriciens et militants végans ne sont pas des révolutionnaires, ils sont, au contraire, clairement les idiots utiles du capitalisme. »

Bon, fini les courbettes apparemment. En plus de nous insulter, Jocelyne prétend que nous sommes aux services des multinationales et des industriels. Ça, fallait oser. On va vraiment s’amuser à comparer la puissance des lobby laitiers et de la viande face aux lobby de la courgette et de la patate douce ? Genre vraiment ? On va s’amuser à faire le pourcentage de produits industriels carne face aux produits industriels vegan dans un supermarché ? Franchement ? Rien n’a de sens ! Et quand bien même, tu soulèves un problème qui n’est pas celui soulevé par les vegans (et ici, le terme antispecistes serait plus adéquat). Notre problème est l’exploitation animale, pas les barquettes micro-ondables.

« On ne compte plus les investissements et brevets déposés pour produire de la «viande» en cultivant en laboratoire des cellules musculaires de poulet, de bœuf ou de porc ou produire du lait et des œufs à partir de levures OGM. »

Note ici que tu parles d’une alimentation omnivore et donc non vegan. Ces recherches ne proviennent en aucun cas d’organisations secrètes vegan hein. Mais de laboratoires qui souhaitent s’enrichir sur les problèmes climatiques liés à l’élevage et donc de proposer une alternative plus « écolo » à la viande POUR (et uniquement pour) les mangeurs de viande. Donc ces cochonneries Jocelyne, vous en êtes hélas responsables.

« Le véganisme est dangereux. »

Ah. Bon. Qu’est-ce que je réponds à ça moi ? Pourquoi vous avez si peur ? Pourquoi vous avez si peur des gens qui ne mangent pas de rognons de porc ou de roblochon ? Non mais vraiment ? Qu’est-ce qui vous fait aussi peur dans notre démarche qui est celle de vouloir changer un système qui exploite des êtres vivants et qui détruit la planète ? On me siffle « intérêts financiers » dans l’oreille. Me dit pas que c’est ça le problème Jocelyne ? Ah non hein !

Bon et pour terminer cette analyse, j’avais juste trop envie de vous faire une recherche du champ lexical du dernier paragraphe de cet article pour voir ce qui ressort…

dangereux / rupture programmée / menace / condamner / disette / prédatrice / menace (bis) / ruiner / annihilant / menace (ter) / perdre / menace (4e) / robots (wtf?) / menace (5e) / abîmer / enfermer / morale ultime / isolement total / maîtriser / terrifiant

Ah oui, ça pique en y regardant de plus près. On pourrait presque croire que c’est fait exprès pour évoquer la peur et l’angoisse chez le lecteur. Pour dessiner un monde totalement dystopique que les vegans voudraient créer. Pour nous marginaliser. Des méthodes simples utilisées dans certains partis politiques pour incomber des problèmes à un groupe minoritaire plutôt qu’aux véritables responsables (“avoir peur, c’est se préparer à obéir”). C’est pas propre dis donc.

Alors comme la lecture de tout ça vous a peut-être fâché et que ce champ lexical est vilain pas beau je vous en propose un autre pour terminer :

bienveillance / respect / liberté / libre arbitre / égalité / rapprochement / progrès / espoir / promesse / enrichir / réparer / rassurant / justesse / équilibre / idéal

Lucie
@littlelucieinparis

Publicités

2 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. Sylvie Fumey dit :

    Bravo pour cette mise au point! Que des gens ne soient pas vegan, à la limite OK, mais qu’ils disent n’importe quoi comme cette Jocelyne Machin-Chose, c’est grave. Tu as raison, la propagande est de leur côté.

    J'aime

  2. dreyliciouss dit :

    J’adore cet article (et pourtant je ne suis pas vegan ah ah mais juste végé) alors je le partage ! Merci Lucie!

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s